Le P’tit Cirk existe depuis mars 2004
Danielle Le Pierrès et Christophe Lelarge sont à l’origine de cette aventure.

"Artistes et acteurs de cirque dans différentes compagnies pendant 17 ans, nous avons, en 2004, concentré toute notre énergie et notre passion du spectacle, pour créer notre propre compagnie Le P’tit Cirk"


Un mot

Après de multiples aventures*, Danielle Le Pierrès et Christophe Lelarge ont créé leur compagnie, pour écrire et jouer leurs propres histoires de cirque. En deux spectacles (Togenn en 2005 et Tok en 2006), ils ont imposé leur P’tit Cirk comme l’une des aventures artistiques les plus singulières, inventives et attachantes d’aujourd’hui. Ce P’tit Cirk manie aujourd’hui le beau, l’émotion et la tendresse. Dans chaque spectacle, il marie une poésie espiègle à la rigueur technique d’une figure, d’un mouvement, d’un geste. La performance, c’est de donner à cette simplicité apparente une force extraordinaire, de la métamorphoser en merveilleux.
Thierry Voisin, Journaliste, mars 2009

*Les Arts Sauts, Cirque Plume, Cirque du Soleil, Archaos, Turbulence...

Notre parcours

Depuis notre sortie de l’école nationale des Arts du Cirque –CNAC- de Châlons en Champagne, en 1989, notre parcours artistique à travers différentes compagnies de cirque, de théâtre de rue, de théâtre (Le Cirque de Soleil, Archaos, Cie Goudard, Cie Rmi-Rayazone, Turbulence, le Cirque Plume et les Arts Sauts), a toujours été un travail autour du trapèze, de l’aérien, du jeu d’acteur, du clown, de la musique et de leur mise en espace.
Au fur et à mesure des années, le travail de compagnie, d’énergie et d’effervescence d’un groupe, est devenu indispensable à notre façon de travailler, de chercher de nouvelles pistes… de cirque… et de créer un spectacle.
L’expérience de 8 années passées au sein des Arts Sauts, notre engagement artistique collectif ont été un grand enrichissement pour nous et, grâce à tout cela, en 2004, nous avons créé notre compagnie le P’tit Cirk.

L’implantation de la compagnie en Bretagne

La volonté de s’implanter dans cette région, d’être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager notre passion et de la transmettre sont les points forts dans notre parcours artistique, d’autant plus pour Danielle Le Pierrès, originaire de Lannion.
Une implantation régionale nous permet une démarche artistique à plus long terme, d’aller à la rencontre d’un public qui n’a pas forcément l’occasion ou la demande de découvrir cette forme d’approche de travail envers le cirque.La rencontre, l’échange avec d’autres artistes locaux et régionaux, et aussi la culture bretonne nous paraît être une inévitable évidence.
Et nous constatons avec plaisir, après ces quatre années d’existence de la compagnie,
que notre démarche artistique et culturelle est reconnue et appréciée par le grand public costarmoricain (et breton) mais aussi par des personnes de la profession et des structures culturelles (Le Carré Magique, Scène conventionnée Cirque, à Lannion, Le Fourneau, Centre National des Arts de la Rue en Bretagne, Les Tombées de la nuit, à Rennes, Le Théâtre du Grand Logis, à Bruz...).

Le chapiteau

Après toutes ces années à travailler dans des groupes importants (30 personnes aux Arts Sauts), nous avons eu le désir de nous retrouver en groupe restreint, et dans un lieu plus petit .L’achat d’un chapiteau (16m x 20 m) équipé de lumières a été notre première démarche : lieu de travail, de recherches, de rencontres, de stages.
« le chapiteau, c’est le « cirk »,
c’est notre espace, notre identité.
c’est notre autonomie. »
L’espace scénographique, l’accueil du public, la convivialité d’un lieu a toujours eu beaucoup d’importance dans le départ de nos projets.
Nous ne restons pas fermés sur l’espace chapiteau : des lieux insolites comme le grand hangar du Fourneau, à Brest ou le magnifique théâtre à l’italienne du Pays de Morlaix nous ont ouvert leur porte.

La démarche artistique

Après diverses expériences théâtrales, nous sommes arrivés dans les années 1980, dans la mouvance de ce que l’on appelle « le nouveau cirque ». Nous intégrons la 1ère promotion du CNAC : Les confrontations entre nos professeurs du cirque traditionnel, d’art dramatique de l’école Le Coq, d’acrobatie, de trapèze, de gymnastique de haut niveau, de danse classique et contemporaine, nous ont ouvert différentes pistes… de cirque.
Le côté pur, brut et extra-ordinaire de la performance de cirque (l’exploit) est pour nous, aussi important et incontournable que le jeu d’acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie.
Nous aimons les propositions épurées, sans artifices, jouant sur le simple et non le grandiose, sur la fragilité humaine et la personnalité de chacun.

La formation / transmission

Nous avons depuis plusieurs années, mis en place des stages de formation aux techniques de trapèze volant, en partenariat avec des structures de diffusion culturelle et artistique, des structures pour la jeunesse ou « à la maison » sous notre chapiteau.
Ces stages, destinés à un public d’adolescents et d’adultes, continuent de porter leurs fruits : en effet, la demande est en augmentation et les stagiaires reviennent régulièrement

Témoignage

Le P’tit Cirk
P’tit Cirk deviendra grand… Ce n’est pas le début d’un conte à tourner en rond ou à sourire debout. Juste l’heureux pressentiment –qui n’en déplaise à l’écrivain Raymond Radiguet est aussi visité par un brin d’esprit- que la compagnie de cirque créée, dirigée et animée par Danielle Le Pierrès et Christophe Lelarge est promise à un bel avenir. Et cette promesse n’a rien de gascon, ni de breton (Danielle est née à Lannion) ! Il suffit de s’appuyer sur les deux premiers spectacles (« Togenn » en 2005 et « Tok » en 2006) qui ont imposé d’emblée le P’tit Cirk comme l’une des compagnies les plus singulières et inventives d’aujourd’hui. Et fait de leurs animateurs des personnalités attachantes.

L’écrivain que je suis a souvent peur des mots. Qu’ils soient vains, insuffisants, voire inutiles, pour décrire l’aventure artistique de Danielle et Christophe. Dérisoires aussi face à leur engagement. Dans ce préambule, je céderai juste à ma propre sincérité pour dire que j’aime leur manière de faire du cirque. Qu’il ne m’intéresse pas de les enfermer dans un genre de cirque ou de cristalliser une esthétique.

Ce P’tit Cirk manie aujourd’hui le beau, l’émotion et la tendresse (qui n’est point, en ce qui le concerne, le repos de la passion). Dans chaque spectacle, il marie une poésie espiègle à la rigueur technique d’une figure, d’un mouvement, d’un geste. La performance, c’est de donner à cette simplicité apparente une force extraordinaire, de la métamorphoser en merveilleux.

Et voilà, à parler de merveilleux, je reviens à l’univers du conte. Alors, si je suis d’ordinaire homme à ne pas m’en laisser conter, je dirais juste pour finir que j’espère que Danielle et Christophe me raconteront encore bien d’autres histoires. Car je suis prêt, comme tant d’autres spectateurs, à les suivre encore longtemps sur leur piste de cirque.

Thierry Voisin, Critique (Télérama, France Info), Président de l’Observatoire du Cirque, Ecrivain.

Chapiteau1